Fammelette

BIOGRAPHIE

Mon histoire

Liberté

Mon esprit est libre et refuse qu'on lui colle une étiquette. Il change et évolue. Il est honnête avec lui-même. Ici, pas de faux-semblant.

Égalité

Je rêve d'un monde plus juste, alors je mets en lumière les petites choses qui alimentent les injustices et les inégalités.

Authenticité

Ce que je vois, je l'écris. Je partage ma réalité, en accord avec mes valeurs et mes expériences. C'est mon ressenti, tout simplement.

BLOGUEUSE FÉMINISTE

Qui ?

Je suis Laurie, j’ai 29 ans. J’ai grandi dans un petit village vers Lyon, pas loin de la vallée de la chimie. Je suis chargée de communication. Manipuler les mots, les images et les symboles pour changer les esprits – en voilà une forme de sorcellerie ! Chercher la bonne information, mettre en évidence les représentations qui nous conditionnent et les remplacer par d’autres : c’est magique ! De plus, instinctivement, je suis attirée par toutes entreprises complexes et ambitieuses, voire parfois politiques, comme le féminisme. J’aime la diversité et les nouvelles aventures ! 

Mes ami.e.s sont d’horizons différents, je mange un peu de tout, je n’aime pas la monotomie. Je suis passionnée de langues étrangères, tout particulièrement l’anglais. Aux USA, j’ai vécu une vie de “hippie intello” en Californie dans un campus au milieu des bois ! Je suis un être littéraire et social. J’aime lire, écrire et réseauter. Je fais du sport aussi ! Avec Fammelette, je m’engage à prendre conscience et contribuer à un monde meilleur […] 

Quoi ?

Fammelette est ma conscience féministe. Elle est cette capacité que j’ai de percevoir et de ressentir le monde qui m’entoure. Avec mes mots, je révèle les petites choses qu’on ne voit pas et qui soudain mises en lumière ne paraissent plus si petites. Elles sont souvent celles qui font le plus mal et qui alimentent les injustices et les inégalités. Simplement, et à partir de ma propre expérience, j’ouvre les yeux sur les conséquences des actes et des paroles, de la blague lourde au geste déplacé. 

Ma définition du féminisme va au-delà des préjugés et des connotations négatives. Être féministe c’est reconnaître qu’il y a un problème avec le genre et qu’il faut y remédier. On devrait tou.tes être féministes ! Je rêve d’un monde plus juste où tout le monde serait heureux et plus honnête envers soi-même. Ma conscience se manifeste sous la forme d’un blog pour mes textes mais aussi de deux comptes Instagram et Facebook qui me servent de « vitrine » pour mes pensées les plus marquantes […]

Quand ?

Fammelette voit le jour en 2017 au temps de #MeToo. Cette année-là, la parole des femmes victimes de viols et d’agressions sexuelles se libère. Au passage, la mienne aussi. Le 21ème siècle est celui du hashtag. Quoi de mieux pour raconter son histoire et acquérir l’attention du monde ? L’année 2017 a été le déclencheur. Le hashtag a appuyé sur la gâchette de mes émotions. J’ai ouvert les yeux. J’ai pris conscience. Surtout, j’ai compris que je n’étais pas la seule à ressentir et à subir des situations sexistes et humiliantes. 

Pire encore, après tant d’années d’ignorance à laisser passer, j’ai réalisé que ce n’était pas normal ! D’abord, j’ai ressenti de la culpabilité : « Comment je n’ai pas pu m’en rendre compte avant ? » Puis de la colère : « Pire que des porcs ! Réalisez-vous le mal que vous faîtes autour de vous ? » En conséquence, c’est une bruyante vague qui s’agite sur le monde avec l’affaire Weinstein, et surtout depuis que les femmes ont décidé de parler et de dénoncer une condition inacceptable bien trop souvent ignorée. Ce qui a changé : les femmes parlent et les autres écoutent. Enfin ! 

 

Où ?

Pour commencer, la France est mon pays d’origine donc mon histoire et mes réflexions sont ancrées dans un contexte français et européen. C’est en France que j’ai « le plus de droits » en tant que Femme : droit à la contraception, à l’IVG, à l’assurance maladie, au chômage, et bien d’autres… De plus, lorsque je voyage, je m’intéresse à la culture du pays visité, et sans jugement je constate les différences avec chez moi. En effet, la place et l’histoire des femmes ne sont pas les mêmes aux États-Unis, en Russie, aux Émirats Arabes Unis ou en Australie… 

Alors, même si à en croire les dires « la femme d’ailleurs est beaucoup moins bien lotie que nous en France… », je me concentre sur ce que je connais. Je balaie d’abord devant ma porte ! Il y a encore beaucoup à faire et à changer pour les femmes des générations futures dans le monde c’est certain, à commencer par chez moi, en France !

Pourquoi ?

J’ai été victime de harcèlement au travail. Aussi, pendant trois mois, j’ai évité mes collègues de peur de devoir affronter de nouvelles remarques, peur de ce que j’allais devoir entendre et peur de ma propre réaction. J’ai préféré faire de mon lieu de travail un champ de mines où je savais exactement où il ne fallait pas mettre les pieds. Et, je pensais pouvoir m’en sortir sans égratignures…

Un ami m’a dit de réagir avec plus d’empathie pour créer un impact et ainsi essayer de modeler le monde à ma façon. Le combat contre le harcèlement au travail n’est pas terminé. En effet, il ne sera pas terminé tant que tout le monde ne sera pas éduqué. En somme, c’était soit je continuais, soit j’abandonnais. J’ai continué. Je voulais dénoncer un système tout entier alors j’ai commencé à écrire. D’abord, j’écrivais pour exprimer ma tristesse et ma colère. Entre-temps, je me suis même demandée s’il fallait être malheureuse pour écrire sur Fammelette. Enfin, j’ai réalisé que ma conscience féministe était là et que quoi qu’il arrive, elle avait besoin de s’exprimer.

Comment ?

D’abord, je cherche les réponses à mes questionnements dans les livres, les publications, les reportages et les films. Comme une cheffe cuistot affute son couteau pour mieux découper ses légumes, j’affute mes connaissances afin de partager ma réalité aux autres et lui donner un sens. Mon appétit d’apprendre est insatiable… Je dévore les mots et je délecte les informations utiles qu’ils contiennent pour nourrir mes réflexions. Aussi, je relie chaque fait concret à une théorie ou un concept. 

Ensuite, je m’entoure des bonnes personnes, celles qui m’aident à élargir mon esprit. Il n’y a rien de pire que l’ignorance et ce n’est certainement pas en niant les faits et en faisant comme si tout allait bien qu’on arrivera à vivre dans un monde plus juste. Alors, au travail ! Petit à petit, chacun.e à sa façon et à son niveau, nous pouvons agir et changer les choses !